Monde Québec

Petits conseils pratiques pour un roadtrip au Québec

Écrit par Camille

Cette semaine, Chloé, notre super envoyée spéciale au Québec nous donne ses petits conseils pratiques pour un roadtrop au Québec en toute sécurité, sans rien oublier !

A nous l'aventure ! Gaspésie - Québec

A nous l’aventure ! Gaspésie – Québec

« Si vous aussi vous êtes tentés par les grands espaces canadiens mais que votre petit budget vous freine, voici quelques petits trucs pour profiter pleinement d’un road trip fun ! Pour résumer notre itinéraire, on est partie avec une copine de Montréal jusqu’à Québec city, puis dans le Fjord du Saguenay et sur la Côte Nord aux Escoumins, d’où nous avons ensuite traversé le Saint-Laurent jusqu’à Rimouski pour faire le tour de la Gaspésie, le tout en un mois environ. Itinéraire non exhaustif bien sûr, mais conseils valables partout et en tout temps !

Nos deux aventurières Québecoise - Gaspésie, Québec

Nos deux aventurières Québecoise – Gaspésie, Québec

  • TRANSPORT

Les bus sont chers au Québec. Beaucoup de français, et d’autres d’ailleurs, débarquent à Montréal et louent une voiture pour partir à la découverte des provinces du Québec, ce qui n’est pas donné non plus. Chanceux que nous sommes nous les pouceux ! (en québécois dans le texte, mais traduit ça donne autostoppeurs !). En effet, c’est souvent les touristes qui arpentent les routes et s’arrêtent pour nous prendre. Pour ceux qui seraient réticents au pouce ou un peu inquiet, rassurez-vous : en un mois, pas une seule mauvaise rencontre et temps d’attente moyen au bord de la route de 20 min ! Les québécois sont vraiment très agréables et apprécient de jaser avec des étrangers, et les touristes de tous horizons sont en vacances donc plus détendus. L’essentiel en pouce, si vous n’en avez jamais fait, c’est de suivre son instinct : si vous ne vous sentez pas confortable, descendez et attendez un autre lift ! En bref, non seulement c’est gratuit et écolo, mais en plus ça permet de belles rencontres et parfois même de sortir d’une galère (on a été hébergées par une femme qui nous a pris en pouce et passé une super soirée avec elle et ses colocataires), sans compter les visites touristiques improvisées quand on tombe sur un québécois !

Du pouce, toujours du pouce - Gaspésie Québec

Du pouce, toujours du pouce – Gaspésie Québec

Niveau pratique pour le pouce, il existe un site internet www.lepouceux.com qui explique où se mettre dans les grandes villes du Québec pour aller ici ou là. Il est très bien fait, et donne aussi accès à du covoiturage si jamais vous êtes bloqué quelque part. De mon expérience, c’est pas la peine de vous encombrer d’une pancarte avec votre destination : non seulement ceux qui ne vont pas jusque là ne s’arrêtent pas, mais plus vous montez dans le nord moins il y a de routes (une seule en Gaspésie qui longe la côte !) donc c’est inutile ! Les routiers ne s’arrêteront pas, ou très peu, car la plupart de leurs compagnies interdisent de prendre des pouceux (foi de Maurice le routier !).

American Truck - Gaspésie Québec

American Truck – Gaspésie Québec

Cependant, si vous arrivez à vous faire déposer à un truck-stop (aire de routiers) et que vous les prenez par les sentiments, ça marche et c’est parti pour un tour en truck américain ! Le pouce est autorisé partout au Québec, sauf sur l’autoroute. Vous pouvez vous mettre au bord d’une voie d’insertion mais pas sur l’autoroute même. Toutefois, si vous savez bien jouer le touriste naïf avec la police, ça peut passer ! En tout temps, veillez à ce que les voitures aient de la place pour s’arrêter sans gêner la circulation, faites un grand sourire et levez le pouce bien haut !

  • HÉBERGEMENT

Le moyen le moins coûteux de se loger reste le couchsurfing. Pour ceux qui ne connaissent pas le principe, il s’agit de se faire héberger chez l’habitant gratuitement quelques nuits sur le canapé ou dans la chambre d’ami si on a de la chance, et de proposer en retour un hébergement chez soi. Il suffit de s’inscrire gratuitement sur le site www.couchsurfing.org. Dans les grandes villes il y a toujours plus d’opportunités, mais ça fonctionne aussi très bien au fin fond de la Gaspésie ! Il suffit de prévoir quelques jours avant son arrivée. Là encore, belles rencontres et grands moments à la clef ! Petit conseil tout de même, surtout si vous voyagez en pouce et que vos accès à internet sont aléatoires, vérifiez que votre portable fonctionnera à l’étranger au moins pour recevoir et envoyer des SMS  Certains couchsurfeurs sont assez regardants de vos références sur le site, donc si vous créez un compte juste avant le départ, étoffez-le au maximum : photo, portrait de vous et de qui vous êtes, et dites à vos amis de vous faire quelques références sympas, ça vous aidera !

Soirée chez un Couchsurfer - Gaspésie, Québec

Soirée chez un Couchsurfer – Gaspésie, Québec

Dans chaque place touristique, vous trouverez aussi des auberges, de jeunesse ou non. Elles restent assez chères pour ce qu’on en a vu et ne cassent pas trois pattes à un canard, sauf une qui reste notre coup de cœur Gaspésien : l’Auberge Festive Sea Shak ! Plus d’info dans l’article consacré à la Gaspésie (à venir). Cependant, quand vous êtes congelé parce que les nuits sont fraîches fraîches fraîches quand ce n’est plus l’été, on est bien content de trouver une auberge sur sa route !

J’en arrive donc, en parlant de fraîcheur, au camping ! Je ne peux pas me prononcer sur l’été car on a voyagé pendant le mois de septembre jusqu’à début octobre. A l’automne, les couleurs et paysages sont magnifiques, mais les nuits sont froides (parfois moins de zéro°) et les journées venteuses, bien que cet automne ait été particulièrement doux d’après les québécois ! Beaucoup de camping sont situés dans les parcs nationaux (pour les autres, je ne sais pas, ce qui suit concerne les campings des parcs). Rien n’est gratuit au Québec, pas même l’accès à la nature, il vous faudra donc en général payer l’accès au parc en plus de la nuit en camping. Le point positif c’est que vous êtes dans des sites protégés et magnifiques…MAIS : la nuit coûte presque aussi chère qu’en auberge, les campings n’offrent pas d’accès à de l’eau potable, ils ne sont pas éclairés pour respecter les animaux et rares sont ceux qui disposent d’une pièce collective chauffée !

En gros, on déchante vite du trip à la Davy Crockett !!! Alors petits conseils pratiques pour les inconditionnels et en toute saison :

  1. Prévoir un duvet bien chaud (et pour les « culs-gelés » l’astuce c’est de le rembourrer avec tous vos vêtements supplémentaires pour dormir!)
  2. Prévoir une tente assez grande pour contenir toutes vos affaires plus vous
  3. Prévoir deux couvertures de survie par personne, en dessous ça isole et dessus ça tient chaud
  4. Penser aux lampes frontales et piles
  5. Avoir une corde et des sacs plastiques pour accrocher la nourriture en hauteur (les ours sont gourmands), surtout si vous voyagez en pouce et n’avez pas de coffre où la ranger.

Pour les adeptes du camping sauvage, c’est très difficile de trouver un endroit et surtout déconseillé : souvent les terrains sont privés et en Amérique du Nord (et oui, faut pas oublier que le Québec en fait partie!), on ne rigole pas avec la propriété privée !

Enfin, avec un peu de culot et une bonne tête, il est aussi possible dans les petits villages de tenter le porte-à-porte pour se faire héberger chez l’habitant. Des copains belges ont comme ça planté leur tente dans le jardin de Roland, artiste peintre qui a construit sa maison lui-même et nous a offert un barbecue d’anthologie ! N’hésitez pas à vous laisser aller à ces belles rencontres, c’est toute la richesse du voyage ! D’autres ont été moins accueillants il faut l’avouer, du non tout simple au oui contre rémunération.

Automne Canadien

Automne Canadien, Québec

  • A NE PAS OUBLIER DANS SON SAC-A-DOS : 
  1. Ne pas prendre trop de vêtements si vous choisissez ces modes de voyage, c’est lourd pour rien. Préférez un savon écolo pour laver quelques culottes quand vous le pourrez !
  2. Des médicaments contre maux de tête, douleurs d’estomac et quelques vitamines au cas où. Voyager en pouce peut être fatiguant et les québécois ont le sens de la fête !
  3. Une polaire et un K-Way sont indispensables
  4. Un carnet de voyage et stylo pour mettre sur papier vos plus beaux souvenirs, et vos bons plans
  5. Un couteau type Opinel ou couteau Suisse
  6. Un rouleau de papier toilette

Ah j’oubliais, très important : quelque soit votre itinéraire et ceux que vous avez envie de voir, ATTENTION AUX DISTANCES !!! Elles sont énormes à parcourir, alors vouloir trop en voir c’est prendre le risque de courir sans profiter de rien ! A titre d’exemple, pour aller de Montréal à Québec, il faut compter 3h et quelques de voiture, soit en stop 5h30 environ. Et pour aller de Bonaventure (Gaspésie) à Rivière-du-Loup (Bas Saint-Laurent), ça a été 9h de pouce non stop !

Sur les routes de Gaspésie - Québec

Sur les routes de Gaspésie – Québec

Voilà, en espérant que ces quelques conseils vous donnent envie de partir dans cette aventure, ça en vaut vraiment la peine ! A bientôt pour de nouvelles aventures au Québec ! »

On retrouve Chloé très vite pour de nouvelles aventures Québécoise, et des paysages à couper le souffle !

Informations complémentaires :

Vous partez en voyage et vous avez besoin de conseils ? Nous sommes là pour vous aider !

Rendez-vous sur notre Page Facebook : http://www.facebook.com/lesbaroudeurs

Nous répondrons à toutes vos questions.

Lire la suite des aventures de Chloé en Gaspésie.

Qui suis-je ?

Camille

Spécialiste échappées belles, son terrain de chasse : les capitales où elle traque sans relâche les meilleurs restaurants, bars et oreillers du monde.

Ses voyages : Entre amis, les pieds dans l’eau ou dans la boue. Gros faible pour les festivals et la culture.

Zone de prédilection : l’Europe et l’Amérique

1 Commentaire

Laisser un commentaire.