Nous associons souvent le mot « voyage » à l’idée de plage, de sable blanc et de repos, comme s’il était l’exact antonyme du travail. Cette opposition est assez récente historiquement puisqu’il n’était pas rare pour la noblesse européenne du XVI ème siècle de voyager à la suite des études pour compléter ses Humanités.

Depuis une dizaine d’années, la tendance se réinstalle au grand dam d’une poignée d’irréductibles RH et de parents inquiets qui ne voient pas d’un très bon oeil le fait de retarder l’entrée dans la « vie active ». Pourtant, voyager participe à la construction d’une identité forte, assise et réfléchie et n’est pas toujours synonyme de farniente…

Cette idée découle en partie de notre façon de raconter nos voyages. Nous avons tous tendance à partager nos expériences en décrivant tel paysage ou tel sommet auquel nous avons été confrontés en gardant pour nous l’essentiel : ce que nous en avons appris et ce qui a profondément modifié notre vision du monde. 

C’est pourquoi j’ai décidé de vous parler de ces 10 expériences de voyage qui ont changé ma vie, la suite. N’hésitez pas à partager les vôtres en fin de page pour enrichir l’article 

6. Le voyage qui m'a appris à appréhender le travail et l'argent autrement

Dans ce monde où tout va très vite et où tout doit être à portée de main, nous oublions souvent de nous questionner sur l’essentiel : de quoi avons-nous besoin ?

Chaque voyage est une formidable occasion de prendre un peu de recul. Avez-vous déjà remarqué que vous être moins stressés en voyage ? Finalement, les seules questions que vous vous posez sont :

  • où manger ?
  • où dormir ?
  • et quoi faire aujourd’hui ?

C’est au cours d’un voyage en Serbie en 2002 que la vérité m’a sauté aux yeux. 

Ca ne vous fait peut-être pas rêver mais voilà à quoi ressemblai ma salle de bain en Serbie. 

Durant ce mois de voyage, je n’ai manqué de rien et pourtant j’étais dans une famille qui n’avait presque rien. Ils avaient choisi de travailler pour avoir suffisamment d’argent pour vivre. Pas moins mais surtout pas plus. Pourquoi ? Parce que chaque heure passée en plus à travailler était une heure en moins avec leurs enfants et leurs amis. Et quoi de plus important dans votre vie que de passer du temps avec les gens que vous aimez ? 

7. Le voyage qui m'a appris à suivre mon instinct

Il y a des environnements qui ne vous font pas de cadeau, comme lors de ma randonnée sur le Mont Rufus en Tasmanie

Du froid, du brouillard, un étang gelé à traverser et des rencontres peu rassurantes avec la faune locale, cela aurait pu être un mauvais souvenir. Pourtant, c’est à cette occasion que j’ai appris à me faire confiance et à suivre mon instinct. Quand la nuit est tombée et que notre lampe torche a rendu l’âme, nous avons fait une brève tentative pour éclairer notre sentier au réchaud sur la dernière heure de randonnée (la pire idée que j’ai pu avoir en randonnée…) C’est finalement quand nous avons abandonné l’idée de chercher le sentier et décidé de faire confiance à notre intuition et aux indices autour de nous que nous avons pu retrouver le refuge, exténuées mais ravies. 

Depuis, j’essaye de l’appliquer tous les jours, comme aujourd’hui lors des grèves RATP de Paris où j’ai rencontré une alliée de galère qui a égayé mon attente et m’a raconté les coulisses HP de la Pitié Salpétrière. 

8. Le voyage qui m'a appris à affronter mes peurs

Février 2014. Je n’ai pas fait de randonnée depuis plus d’un an quand Anne-Charlotte, une amie qui habite à la Réunion, me propose une des randonnées les plus sportives de la Réunion. Je lui confirme ma venue en un rapide coup de téléphone quand, juste avant de raccrocher, elle rajoute :  » de toute façon, tu as déjà fait de l’escalade toi !« . 

Il y avait bien sûr eu cette journée escalade au centre aéré de Chamonix vingt ans plus tôt. J’avais huit ans et je crois avoir abandonné au bout de deux mètres, tétanisée par la peur. Ca devrait faire l’affaire…

Autant vous dire que j’étais terrorisée en arrivant sur le site des Trois Salazes mais, bien déterminée à affronter ma peur une bonne fois pour toute. Et voilà comment je ne suis retrouvée là-haut. 

Depuis, je ne me permets plus de dire non si cette réponse est régie par la peur. Car à chaque peur affrontée  j’apprends. 

Un nouveau challenge au boulot ? oui. 

S’engager dans une nouvelle relation amoureuse ? oui. 

Visiter un pays qui ne m’attire pas plus que ça ? oui. 

Cela ne pourra que m’ouvrir davantage au monde. 

9. L'expérience de la passion et de la transmission

En avril 2014, j’ai pris deux semaines pour avoir un aperçu du travail agricole et du monde du vin. N’ayant jamais travaillé en extérieur, j’ai voulu voir ce qui pouvait bien motiver ces gens au point de travailler sous la grêle, le vent et le froid. 

Nous étions une quinzaine d’intérimaires dans les vignes et je n’ai jamais d’équipes aussi soudées et d’intérimaires aussi impliqués . Le secret ? La passion de la vigne que Loïc Mahé a réussi à nous transmettre en nous expliquant l’importance qu’avait la taille en vert pour la qualité du vin qui sortirait des cuves dans quelques mois. Et forcément, du bon vin bio, ça m’intéresse ! 

Quelque soit votre projet, faites le vivre, mettez-y de la passion, impliquez votre proches et transmettez une énergie positive. Vous ne pourrez que réussir 😉 

10. Voyager, un état d'esprit

Jusqu’ici, vous vous dites peut-être qu’en théorie, c’est sympa mais qu’entre votre boulot, les enfants et les factures, il est impossible pour vous de voyager.

Et si je vous disais que ce que j’ai découvert en voyage, c’est ce que je veux vivre tous les jours. Le voyage m’a peut-être permis d’explorer la vie en accéléré mais voyager de chez soi est possible : il vous suffit juste d’appliquer ces 10 points tout près de chez vous ! Et nous essayons justement de vous donner des idées toutes les semaines pour faire, grâce à de toutes petites expériences, de grandes découvertes sur vous.

Abonnez-vous à notre newsletter pour commencer votre propre liste de ces 10 expériences qui ont changé votre vie 😉

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter