Quoi de mieux pour découvrir la culture guatémaltèque que de prendre un cours de cuisine à Antigua ? Cela tombe bien : c’est exactement l’objectif que s’est fixé la Tortilla Cooking School. Ouverte depuis 2015, cette petite école de cuisine est déjà très réputée à Antigua, sûrement parce qu’elle a fait le 

choix de n’embaucher que des femmes passionnées par la gastronomie et le partage. Lors de ce cours de 3h, on concocte un repas entier en petit groupe avant de le déguster dans une ambiance décontractée. Récit de mon expérience à la Tortilla Cooking School.

Tortilla Cooking School, Antigua

Découvrir la cuisine guatémaltèque

Sonia, notre professeur pour l’après-midi, nous met tout de suite à l’aise. Un petit tour de table pour présenter les quatre participants et nous débutons l’atelier. Aujourd’hui, j’apprendrai à cuisiner un repas complet guatémaltèque : 

– un pépian de poulet, 

– une ensalada de remolachas, une salade de betterave et de citron vert, 

– une sopa de arroz, un riz cuisiné à la guatémaltèque, 

– les fameux rellenitos, un dessert riche et délicieux, 

– et une boisson que l’on boit partout au Guatemala, l’atol. 

Pendant que nous coupons les légumes et cuisons les tomates et les piments sur le grill, Sonia nous en apprend un peu plus sur le pépian. Il y a quelques années encore, ce plat, alliance parfait des influences mayas et espagnoles, était réservé aux personnes influentes et aux repas de fêtes. Depuis peu, il est devenu le plat emblématique du Guatemala, cuisiné par toutes les familles du pays.  

Très vite, les niveaux de cuisine et d’espagnol se découvrent, une bonne excuse pour rigoler tous ensemble des quelques incompréhensions que nous rencontrons (je vous explique tout en détail en fin d’article mais des cours en anglais sont aussi disponibles). 

La cuisine guatémaltèque, une partie intégrante de la culture du pays

Je comprends vite que la cuisine guatémaltèque est une affaire très sérieuse. Il n’était pas rare jusqu’au début du 20° siècle, dans les maisons riches, que deux domestiques soient complètement dédiées à la préparation des repas ; une à la fabrication des tortillas et une à la confection des plats. Les temps de cuisson sont longs et les préparations demandent une attention constante. Pour préparer l’atol par exemple, la boisson traditionnellement bu par les paysans aux champs, on mélange pendant 30 min non stop eau et farine de maïs. 

Assaisonné en boisson salé avec des graines de courges moulues ou en boisson sucrée avec de la cannelle en poudre, c’est un vrai délice.  

Atol, boisson du Guatemala

Tandis que le poulet mijote dans le pépian, Sonia nous sert à tous un verre de vin rouge. Produit sur les hauteurs d’Antigua, dans le petit village de Santa Maria de Jesus, le vin du Château De Fay n’a qu’une dizaine d’années, une nouveauté au Guatemala puisque le pays ne cultivait pas la vigne jusqu’ici. Après tout pourquoi pas. Tout semble pousser sur cette terre nourrie par les volcans d’Antigua.

Cuisiner à Antigua, une autre façon de découvrir le Guatemala

Pour le dessert, Sonia nous propose de cuisiner la douceur préférée des guatémaltèques, les rellenitos, des bananes plantains farcis au chocolat et à la pâte de haricots rouges. Plus faciles à manger qu’à faire – la pâte colle aux doigts et il faut un peu d’entraînement pour réussir à former des rellenitos parfaits – ces petites bouchées sont délicieuses et l’alliage chocolat haricots rouges fonctionne à merveille. Le secret ? Faire bouillir les plantains sans les éplucher pour qu’elles libèrent toutes leurs saveurs sans pour autant se gorger d’eau. 

Et comme rien ne se perd, nous goûtons à l’eau de cuisson des bananes plantains, une boisson énergisante riche en potassium qui peut se boire chaude ou froide. Je suis sûre que j’en referai à la maison. 

Prendre un cours de cuisine à Antigua

Les tortillas, ce plat impossible à préparer

Mais  ce que nous attendons tous c’est d’apprendre à faire des tortillas dignes de ce nom. Sonia, avec un brin de malice, nous explique que selon la tradition, une femme ne peut pas se marier tant qu’elle ne sait pas préparer les tortillas.  Je savais que ce cours de cuisine à Antigua m’était destiné 😀 

Une fois fiancée, la jeune femme doit passer un dernier test : cuisiner des tortillas pour sa belle-mère. Si celle-ci les accepte – la régularité, la taille et le goûte, tout est mis à l’épreuve), son fils pourra l’épouser et le mariage – bonnes tortillas oblige – sera forcément heureux. 

Taper les tortillas n’est pas si aisé que cela et, à défaut de mariage imminent à en croire le fou rire de Sonia à la vue de mes pâtés de maïs informes, je sais que je vais me régaler en passant à table.

Apprendre à faire des tortillas, Guatemala

A la première bouchée, nous sommes tous conquis par la force du pépian où l’on retrouve la consistance des graines de tomates mixées et le goût relevé du piment grillé. 

Nous en profitons tous pour pratiquer un peu notre espagnol et échanger sur nos coins préférés du Guatemala. Un vrai bon moment que je vous recommande chaudement si vous passez par Antigua. 

 

 

Et vous, vous avez pris des cours de cuisine pendant vos derniers voyages ? 

Informations complémentaires

La Tortilla Cooking School propose des cours de cuisine tous les jours à 10h30 pour préparer le repas du midi et à 16h30 pour le dîner. Comptez entre 30 et 50 dollars le cours de cuisine en fonction du repas choisi. 

Attention : il faut réserver au moins 24h à l’avance, soit sur internet soit en passant à la boutique. 

Email : info@latortilla.com.gt

Tel : +502 416 789 29

 

Les cours de cuisine sont en espagnol et, à la demande peuvent être traduits en anglais par les bénévoles de l’école. Vous pouvez demander des cours en français mais cela dépendra des bénévoles disponibles à l’école à ce moment-là et les français sont rares. 

Si vous voulez devenir bénévole, renseignez-vous sur workaway ou contacter directement l’école. Contre 4h de travail par jour, vous serez logés et nourris pendant la durée de votre séjour. 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

Vous aimerez aussi...